2021: Année de mise en place tactique pour Nancy

0
413
Photo: Ryan Remiorz

La saison 2021 du CF Montréal vient de se terminer sur un sacre national important. Il y aura eu des découvertes et des déceptions au sein de l’effectif, mais s’il y a bien quelqu’un qui nous a impressionné, c’est l’entraineur-chef Wilfried Nancy.

À sa première saison à la tête de l’équipe, Wilfried Nancy a dû mettre en place un projet de jeu cohérent à long terme, mais efficace sur le court terme pour permettre à un jeune et mystérieux groupe de se faire respecter dans le circuit. Nancy a été influencé par la même école que Thierry Henry, le jeu de position. Emblématique système de jeu de Guardiola, le jeu de position consiste à harmoniser le déplacement des joueurs pour créer des situations d’homme libre de tout marquage. Choix fort dès le premier match de la saison, Nancy a aligné une défense à trois axiaux, mais pourquoi? Tout simplement pour créer des situations d’homme libre (en rouge ci-dessous) à la relance ce qui favorise la sortie de balle propre et maîtrisée. 

Tableau 1: Homme libre

Est-ce sans danger? Clairement pas, comme nous avons pu le voir cette saison, une erreur d’inattention peu directement mener à une occasion franche pour l’adversaire. Faut-il être fou pour donner l’opportunité à l’adversaire de presser aussi haut sur le terrain? À court terme peut-être, oui. Par contre à long terme, le jeu de position permet de créer des déséquilibres en zone 1 et 2. (voir tableau 2)

Tableau 2: Séparation du terrain dans l’horizontalité

Il est rare de voir des équipes traverser, la balle au pied des blocs bas adverses. Il est tout autant difficile pour le CF Montréal de marquer des buts en organisation offensive. Cela a encore une fois été le cas sous les consignes de W. Nancy (voir tableau 3). Cet aspect du jeu vient directement rejoindre la cause du déséquilibre dans le premier tiers du terrain. Une fois le déséquilibre fait en Zone 1 et 2, le reste de la situation peut s’apparenter à une transition, car nous retrouvons: un bloc haut partiellement déséquilibré, des joueurs montréalais lancés et des situations où l’on retrouve un joueur offensif en tant qu’homme libre.

Tableau 3: Buts marqués en 2021 par le CF Montréal

Autre concept mis en place par W. Nancy : fixer- renverser. Ce concept consiste à fixer un côté du terrain pour faire coulisser le bloc adverse, puis de trouver l’homme libre côté opposé par des relais rapides amenant alors un déséquilibre. Séquence qui est revenue souvent cette saison, lorsque sur un coup de pied de but, le CF Montréal fixait côté gauche en surchargeant la densité. Camacho se plaçait à gauche du gardien permettant ainsi à Miller de se positionner dans le demi-espace à la limite du couloir. Cette prise de position des axiaux envoyait Choinière et Wanyama derrière la première ligne pression. Mihailovic décrochait dans l’interligne se situant entre les défenseurs et milieux pour semer le doute chez l’adversaire. S’il n’était pas libre pour recevoir la passe, le milieu offensif faisait bouger l’adversaire par sa position. Encore plus haut se trouvait Quioto. L’attaquant avait pour tâche première d’être un appui à l’aise techniquement et suffisamment costaud pour résister aux charges.

Toutefois, ce qui passe inaperçu est sa tâche secondaire qui s’agit de fixer la profondeur adverse. En laissant l’autre équipe presser haut, il faut un joueur qui empêche les défenseurs de diminuer la distance du bloc. En fixant la profondeur, le bloc s’élargit et libère alors des espaces. Cette harmonie musicale entrainait alors un homme libre, Brault-Guillard. Vous comprendrez par le tableau 4 que ces séquences étaient travaillées pour permettre au piston droit d’exploiter sa vitesse.

Tableau 4: Homme libre lors du renversement

Le déséquilibre, est un terme qui revient à plusieurs reprises dans la chronique, mais il est aussi une notion importante dans le projet de jeu montréalais. Il en existe deux types, le partiel et le total. Le premier rend une séquence intéressante, cela permet généralement à une phase de possession de s’emballer et de devenir dangereuse. Pour l’adversaire, il demande une contribution énergétique plus grande, car il y a un manque à combler. Le deuxième est plus important, car cela signifie que la situation doit dans la majeure partie des cas se terminer par une frappe au but. Pour l’adversaire, c’est un état d’urgence, car le nombre de joueurs entre le ballon et le but est dangereusement bas.

Un état d’urgence causé par la longueur du bloc adverse. Diminuer le temps de possession en jouant rapidement vers l’avant empêche les joueurs d’utiliser toute la surface du jeu. Allonger la séquence de possession tout en ayant une amplitude et un échelonnement optimaux amène l’adversaire à sortir du bloc compact et donc d’augmenter sa superficie d’action. Comme le tableau 5 le montre, gagner 8 mètres de profondeur en ayant la volonté de jouer court permet au jeu de s’oxygéner. Concept qui débouchera sur des séquences tels que mentionnées plus haut.

Tableau 5: Longueur bloc adverse

Comme pour plusieurs entraineurs utilisant des consignes similaires, un problème peut apparaître lorsque le ballon arrive en zone 3 et 4. Énormément de temps est passé à l’entraînement pour limiter les pertes du cuir en zone de préparation, car comme mentionné plus tôt, cela peut être dommageable. En contre partie, la liberté d’expression dans le dernier tiers devient primordiale pour compenser les lacunes tactiques. Cette facette a terriblement fait défaut pendant la saison 2021 du CF Montréal. La relation intersectorielle du collectif s’arrêtait aux défenseurs et aux milieux. Heureusement que Mihailovic servait caviar après caviar, car peu voir aucun autre joueur ne réussissait à donner la dernière passe qui amenait une frappe.

2022 est proche

Après une saison très positive tactiquement parlant, Wilfried Nancy et Olivier Renard ont dû être éclairés sur les profils manquant pour l’application du jeu de position. D’après moi, si le CFMTL ne s’est pas plus démarqué sur le plan tactique, c’est dû à un manque de profil déterminant pour être en mesure de trouver des relais intersectoriels clés à la réussite.

Il sera primordial à la cellule technique du club de trouver les deux ou trois éléments manquant pour que l’équipe puisse passer à un niveau supérieur. Nancy et Renard devront faire des choix qui impacteront l’animation du jeu. Vous voulez un attaquant qui marque, mais veulent-ils un buteur qui marque sur des centres ou bien un buteur qui marque sur des appels en profondeur? Il n’y a pas de bonne réponse, seulement un choix à faire. 

Quoi qu’il en soit, les prochaines semaines seront déterminantes pour la réalisation du projet de jeu. En 2022, le club se doit de faire bonne impression en Champions League CONCACAF et de se qualifier pour les séries éliminatoires de la MLS.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here