L’équipe nationale canadienne féminine veut sa ligue

0
94
Crédit: CPL

L’internationale canadienne, Jayde Riviere a annoncé en entrevue au Premier Podcast que plusieurs joueuses de l’équipe nationale canadienne souhaitent voir la création d’une ligue canadienne professionnelle féminine.

La jeune joueuse de 19 ans n’a pas mâché ses mots au moment d’évoquer une ligue pro pour les canadiennes. Elle a même avoué que plusieurs joueuses de l’équipe nationale se feraient rapatrier au pays pour évoluer dans cette ligue.

Le niveau le plus élevé au Canada est pour le moment le semi-professionnel pour la catégorie féminine. En 2020, une joueuse rêvant jouer au niveau pro se voit pousser à quitter son pays natal pour, soit joindre les États-Unis, soit s’exiler en Europe. Bien que ces options soient sans aucun doute une porte d’entrée au plus haut niveau, les joueuses devraient avoir la possibilité d’évoluer dans leur pays natal.

Des éléments déjà en place?

Canada Soccer semble encore loin d’annoncer la création d’une PLC féminine. En revanche, plusieurs éléments sont déjà mis en place pour que celle-ci voit le jour. 2019 s’est vu être l’année d’inauguration de la Première Ligue Canadienne, une ligue dorénavant composée de 8 équipes.

Une solution pourrait être de proposer aux équipes déjà mises en place d’investir dans une équipe féminine. Cela règlerait plusieurs questions portant sur le stade, la diffusion des matchs et les sponsors.

Comme pour la division masculine, les clubs pourraient piocher dans les universités canadiennes pour recruter de jeunes joueuses prometteuses. En sachant que plusieurs membres de l’équipe nationale souhaiteraient évoluer dans ce championnat, le niveau de la ligue féminine pourrait croître rapidement.

Jayde Riviere (en rouge) face à une joueuse de l’équipe de France (en blanc). Crédit photo: Toronto Star

Bien sûr, tout cela reste des spéculations, mais les propos tenus par Jayde Riviere doivent être entendus. Ceux-ci peuvent faire une différence dans le soccer féminin au Canada et peut-être même augmenter les inscriptions des joueuses au Québec qui étaient en baisse lors des dernières années.

L’entrevue complète de Jayde Riviere au Premier Podcast animé par Mike Miller disponible ci-dessous.