Pourquoi l’Impact de Montréal peut réussir où Seattle a échoué?

0
516
Canada's Montreal Impact player Orji Okwonkwo (R) and Samuel Piette (L) celebrateagainst Deportivo Saprissa during their CONCACAF Champions League match at Ricardo Saprissa Stadium in San Jose, on February 19, 2020. - Canada's Montreal Impact player Orji Okwonkwo (R) and Samuel Piette (L) celebrateagainst Deportivo Saprissa during their CONCACAF Champions League match at Ricardo Saprissa Stadium in San Jose, on February 19, 2020. (Photo by John DURAN / AFP) (Photo by JOHN DURAN/AFP via Getty Images) ** OUTS - ELSENT, FPG, CM - OUTS * NM, PH, VA if sourced by CT, LA or MoD **

La fièvre de la ligue des champions de la CONCACAF est sur le point de s’abattre à Montréal. Nous avons un début d’excitation avec l’élimination du club costaricien Saprissa en huitièmes de finale et un bon résultat au tour suivant pourrait propulser l’Impact de Montréal sur un buzz marketing que les partisans n’ont pas vécu depuis la fameuse épopée de 2015.

Pour ce faire, le Bleu-Blanc-Noir se butera ce à l’équipe du Honduras Olimpia, qui s’est occupé des Sounders de Seattle au premier tour de la compétition aux tirs au but, puisqu’au terme des deux rencontres, il y avait égalité parfaite de 4-4. La commande est très lourde pour les hommes de Thierry Henry. À mon avis, le défi sera plus ardu que le passage de Johan Venegas et de sa bande il y a deux semaines.

Cependant, l’Impact de Montréal a les arguments pour battre le Club Deportivo Olimpia et passé dans le carré d’as de la ligue des champions. Comment le XI montréalais peut-il faire mieux que l’équipe championne de la MLS en 2019? Voici une analyse teintée d’optimisme.

Champions de la MLS c’est bien, mais…

… ça ne fait pas foi de tout. Depuis l’an dernier, les confrontations lors des séries éliminatoires sont des matchs uniques. Les Sounders de Seattle, qui ont terminé deuxièmes de la conférence de l’Ouest l’an dernier, ont donc gagné leurs quatre matchs des séries pour gagner la fameuse Coupe MLS. Sans rien vouloir enlever aux hommes de Brian Schmetzer, puisqu’ils ne l’ont pas volé, leur titre, gagner quatre matchs consécutifs ne témoigne pas de la domination sur une ligue.

Les Sounders de Seattle ont battu le titanesque Los Angeles FC, certes. Il faut du talent et du caractère pour se rendre où ils se sont rendus, certes. En 2020, cette équipe est parmi les talentueuses en effet, mais n’est pas dans mes cinq favoris pour remporter le Supporter’s Shield, le trophée le plus prestigieux de la MLS à mon avis, mais, ça, c’est un autre sujet.

Finalement, la guigne du début de saison des équipes championnes en MLS a peut-être joué dans la balance contre Olimpia. Depuis quelques années, les équipes qui remportent la Coupe MLS ont beaucoup de difficulté à se lancer lors de la saison suivante. Cette malédiction pourrait s’être abattu sur les Sounders en première ronde de la ligue des champions de la CONCACAF.

Dure compétition pour les équipes honduriennes

Vous faisiez quoi en 2000? Eh bien, mise à part la victoire contre Seattle en fin février, c’était la dernière fois qu’une équipe hondurienne passait un tour à élimination directe en ligue des champions de la CONCACAF. Au total, 15 équipes se sont essayées, et elles se sont fait montrer la porte à 15 reprises.

Pour une équipe hondurienne, remporter une ronde est tout un exploit? Peut-elle être en mesure de le répéter? Bien sûr. Il demeure que cette statistique est très impressionnante quand on apprend que les clubs de la MLS avaient une fiche immaculée depuis le début du millénaire. Cela témoigne de la faiblesse du championnat du Honduras, que la MLS n’a rien à envier.

Les grands talents

Malgré tout, le CD Olimpia demeure une des puissances de son pays et est gonflé à bloc pour son affrontement au Stade Olympique de ce soir. Les hommes de Pedro Troglio sont parmi dominent au niveau du différentiel de buts marqués avec la meilleure attaque et une des meilleures défenses de la ligue.

Défensivement, le bloc est très haut pour Olimpia. Du côté de l’Impact de Montréal, on devra faire des appels dans le dos de cette défensive et profiter de la vitesse de nos ailiers comme Romell Quito et Orji Okwonkwo pour briser ces lignes hautes et faire du dommage offensivement.

L’attaque d’Olimpia profite de très grands attaquants qui sont dévastateurs sur les coups de pied arrêtés. Jorge Benguche et Jerry Bengtson (ancien de la MLS) seront les deux attaquants à calmer du côté de la défense à trois de Thierry Henry. 

La bataille du milieu de terrain déterminera le gagnant des duels. Les forces en présence semblent assez équitables, les vainqueurs seront ceux qui sauront confisquer le ballon à l’équipe adverse. Le Bleu-Blanc-Noir ne pourra pas s’en sortir indéfiniment en donnant le ballon à l’autre équipe et à défendre à onze. Piette, Taider ou un possible Victor Wanyama en forme pourraient être la clé de la victoire de l’Impact de Montréal contre le CD Olimpia.

Possible, mais ardu

Avant 2015, aucune équipe canadienne n’avait atteint la finale de la compétition. Mais l’Impact de Montréal l’a fait. Rien n’empêche une équipe hondurienne de faire un parcours miraculeux dans cette compétition.

Comme son opposant, sinon plus, le CD Olimpia est en mission et a le momentum de sa victoire acquise contre les Sounders de Seattle avec lui. Le XI montréalais a les outils pour se rendre en demi-finale, mais saura-t-il garder la tête froide contre les esprits chauds des hommes du Honduras?